FAITS & DONNÉES

Tour d'étaiement Space de MEVA sur le chantier de la Waschmühltalbrücke

Projet : Élargissement à 6 voies de l'autoroute A6 près de Kaiserslautern − un pont parallèle pour la « Waschmühltalbrücke »

Maître d'ouvrage : Landesbetrieb Mobilität, Rhénanie-Palatinat

Entreprise de construction : Alpine Bau Deutschland AG, filiale de Halle-Leipzig

Systèmes MEVA : Coffrage de voiles Mammut 350 pour les culées du pont et les fondations des piles, tour d'étaiement Space pour les piles

Suivi de chantier : MEVA Schalungs-Systeme GmbH, filiale de Dresde

 
 
1
2
3
4
5
 

Projet

Une nouvelle technique moins chronophage pour la construction de ponts

Tour d'étaiement Space de MEVA sur le chantier de la Waschmühltalbrücke (autoroute A6)

« La solution MEVA, utiliser la tour d'étaiement Space plutôt que de faire grimper le coffrage, se révéla comme la plus appropriée. Avec beaucoup de travail en moins, nous avons pu réduire notre durée d'intervention sur le chantier. Nous sommes très satisfaits du suivi du chantier effectué par les techniciens MEVA. Et les parements en béton ont su convaincre tous les acteurs du chantier », affirme Christian Gatzke, le contremaître de la société Alpine Deutschland AG.

L‘autoroute A6, l‘axe majeur entre les régions du Rhin-Neckar et de la Sarre, va être élargie à 6 voies à hauteur de Kaiserslautern. Sur ce chantier long de 6,2 km se trouve un viaduc, la Waschmühltalbrücke. Ce pont en arc, construit entre 1935 et 1937 en collaboration avec l‘architecte Paul Bonatz, surplombe une vallée escarpée (Waschmühltal) ; il mesure 264 m de long et peut atteindre jusqu'à  32 m de haut.

Un pont en acier, reposant sur trois paires de piles, va être érigé en parallèle sur le côté nord du pont existant. En raison de sa longueur, ce pont s'appuie sur une poutre horizontale ininterrompue faisant office de chevêtre. Grâce aux mâts situés au-dessus des piles et aux tirants plats à 20°, cette solution permet aussi de donner une une structure élancée à l'ouvrage. La hauteur des six piles en béton armé varie entre 12 et 29 m ; les piles adoptent une forme conique sur le bas. Au pied, les piles ont une section de 1,70  m (valeur fixe) sur 1,35  m (selon les piles, cette valeur peut atteindre jusqu'à 2,19 m). Sur le haut, la dimension des piles reste fixe et mesure 1,70 m x 1,30 m.

Au lieu de faire grimper le coffrage, comme cela est généralement le cas pour ce type d'ouvrage, le bétonnage des piles a été réalisé à l‘aide de la tour d‘étaiement Space de MEVA. La tour Space absorbe les charges de l‘étaiement oblique. Elle est facile à déplacer ; en entier ou par morceaux selon la hauteur du coffrage et de l'échafaudage. La charpente métallique de la tour d‘étaiement est légère, elle mesure 4,80 x 4,80 m et 3 m de haut, son assemblage s‘effectue au sol. Des rehausses de 50 et de 100 cm sont disponibles pour ajuster la hauteur. Les plates-formes de travail sont équipées de dispositifs de sécurité.

Les piles des ponts sont coffrées et bétonnées successivement, la tour d‘étaiement rehaussée au fur et à mesure que le chantier avance. Aucun dispositif de fixation n'est noyé dans le béton des piles. Le montage, le déplacement et le démontage de la tour Space permettent de réaliser un gain de temps de 50 % par rapport aux coffrages grimpants traditionnels. C'est pour cette raison que la tour d‘étaiement est une alternative financièrement intéressante pour la construction de ponts de taille moyenne. C'est une solution optimale pour les piles jusqu‘à 40 m de haut. Les dimensions maximales de l'ouvrage sont de 2,63 x 0,87 m (forme rectangulaire) ou de 1,75 x 1,75 m (forme carrée) ou de 2,74 m de diamètre pour les ouvrages circulaires. Ces dimensions incluent les 30 cm nécessaires de chaque côté pour le coffrage et les accessoires (20 cm pour les ouvrages circulaires). Les données pour les ouvrages rectangulaires sont linéaires, c'est-à-dire que si un côté est inférieur à 2,63 m, l'autre côté pourra dépasser 0,87 m. En fonction des coffrages et des accessoires utilisés, notamment au niveau des angles, il est possible de coffrer des ouvrages plus importants de la sorte.